Auteurs
Titres
 
 
 
Trois collections, une revue...
« retour

Christian Bonnefoi

Traité de peinture - Tome I

 
Collection Diptyque

Paru en : avril 2023
Format : 250 x 210 mm
Reliure : cousu fil de lin
Illustrations : 69 ill. couleur et n./b.
Pages : 320 pages
Prix public : 28,00 €
ISBN : 978-2-930174-57-0

 

 



Auteur(s) : Christian Bonnefoi

Artiste peintre et théoricien, Christian Bonnefoi a présenté de nombreuses expositions personnelles, depuis 1977, à Paris, Cologne, New-York, Berlin, Londres, Tokyo… Docteur en histoire de l’art (Sorbonne), il est également l’auteur de nombreux articles et écrits sur l’art qui jalonnent son parcours depuis plus d’une cinquantaine d’année. Figure marquante de la peinture contemporaine en France, l’œuvre de Bonnefoi s’est élaborée patiemment dans une reprise de la question du tableau et du pictural dont il s’est efforcé de repenser à nouveau frais les fondements. Comme l’écrit le philosophe Michel Guérin dans la préface : « Plus que le motif, le moteur de l’écriture de Christian Bonnefoi c’est la construction d’un concept du tableau, dont la fin n’est pas de se substituer finalement au tableau réel mais d’en partager l’incertaine condition ».

Réunissant des textes publiés ou inédits depuis 2010, le Traité de peinture s’inscrit dans le prolongement des Ecrits sur l’art (1974-1981) de Bonnefoi publié en 1997. Attentive aux opérations que la peinture et le tableau mettent en œuvre, la pensée de Bonnefoi prend appui sur des auteurs de prédilection et forge des concepts clés. Le lecteur du Traité de peinture trouvera ainsi convoqués Bergson, Freud, Proust, Benjamin, voisinant avec les Pères (Tertullien, Augustin) ou le théologien Albert le Grand, mais aussi Léonard, Michel-Ange, Mondrian, Picasso, Matisse, et pour les artistes plus contemporains, Jean-Pierre Pincemin, Philippe Rivemale, Saverio Lucariello et d’autres encore.

Le premier tome du Traité de peinture se compose de trois sections : la première regroupe des textes qui s’efforcent de poser à nouveau frais les conditions d’une pensée du tableau dans l’espace pictural contemporain. La seconde section propose une incursion dans ces problèmes esthétiques en prenant pour point d’attention la question de savoir : « comment faire une composition en forme de récit ? », sous-titre du second article de cette section « L’envol du baiser de Madame Proust ». Enfin, la dernière section, intitulée explicitement “Exempla”, regroupe des textes en grande partie consacrés à des artistes contemporains dans la proximité desquels l’œuvre de Bonnefoi se construit. L’ensemble compose un Traité dont il revient à Michel Guérin d’avoir identifié, dans la préface, l’apport fondamental :

« En héritier de l’épingle de Picasso (pour le collage) et de l’expérience de Brunelleschi (pour la perspective), deux dispositifs qui font décision dans l’histoire de la pein­ture, Bonnefoi ne conçoit pas l’œuvre en dehors du processus qui en est à la fois son mode et sa condition de production et un reste menant en retrait “sa vie propre”. Je le dis et le redis : le point extrême de singularité dans l’œuvre de Bonnefoi (à travers ses séries, Babel, Eureka, Fioretti, Ludo, Composition, Machines, et d’un écrit à l’autre, plus ou moins de circons­tance…) se situe dans sa conception, à mon sens inédite, du technique, qu’un usage banal et/ou étourdi identifie prestement à moyen, métier, savoir-faire. Sans doute la technique est moyen, pourvu que celui-ci soit pensé, non pas comme ce qui disparaît le but ayant été atteint (un peu comme on démonte l’échafaudage quand le chantier est terminé), mais comme milieu. Là se trouve l’apport, conceptuel aussi bien que pratique, de Christian Bonnefoi. »
 

Sommaire :


Préface, Michel Guérin : Christian Bonnefoi (Matières et mémoires)                

Prologue en guise de dédicace : « De lieu il n’y en a pas », 2015                                

I. Arguments

Apologie picturale, 2010
L'exposition, 2015
L’exposition (Japon)
L’épaisseur du plan : un dispositif « intégré-minimum », 2018
Michel-Ange de l’Histoire, 2019
L’antériorité du futur, 2019 
Membra disjecta – Méthode de décomposition à part entière, 2020
L’objection que l’obscur fait à la peinture, 1996
Situation picturale, 2003           

II. Intermèdes

Préambule, 2020
Le théâtre du Rêve Sans-Fond, 2015
L’envol du baiser de Madame Proust, 2017 
Cher Patron, 2015
« Baou ». À propos de photographies d’Yves Guillot, 2002
La visite à Zulma, 2017
Les membres dispersés d’Odradek, 2020

III. Exempla

Le drapé du hérisson, 2010
La séparation, 2013
Studiolo Margot
« Tel un bon architecte…, 2012
L'usure
Les jeux de l'eau, du miel et de l'encre, 2014
Florence’s Wake, 2014
Des récits d’images, 2017
«  … montez et relevez les déluges ... », 2016
L’anse aux images, 2013
Œuvre aux singuliers, 2016
Le brouillon de l’étagère, 2017
« Ceci n’est pas un verso », 2017
La cause de la lumière, 2017
Chambre d’écho – un dispositif intégré-désintégré complexe, 2018
De la Nuit et du Jour, 2019

Remerciements

Références bibliographiques 

Recherche par auteur
Q
U
X
Y
0-9
Rechercher une publication

Catalogue des ditions