Auteurs
Titres
 
 
 
Trois collections, une revue...
« Retour

Jean-Christophe Royoux

 
Auteurs

Jean-Christophe Royoux, actuellement Conseiller pour les arts plastiques et l'architecture au Ministère de la culture et de la communication (France), est diplômé de l'EHESS et critique d'art. Très tôt, certaines thématiques critiques se sont installées parmi ses préoccupations privilégiées, en ayant en tête de créer un lien entre un certain héritage artistique des années 1960-70 et la scène artistique beaucoup plus ouverte des années 1990. De là une enquête est née sur ce qu’il a appelé “les nouvelles modalités du récit dans les arts visuels” qui a donné notamment lieu à un cycle international de conférences au Centre Pompidou et à St Jacques de Compostelle, en Espagne, sous l’intitulé “Pour un nouveau narrateur” (1995). C’est dans ce contexte qu’il a développé l’hypothèse de l’invention d’un nouveau médium, “le cinéma d’exposition”, notion sous laquelle il a cherché à rassembler tout un ensemble d’œuvres contemporaines articulant une multiplicité d’images, fixes ou animées, dans l’espace. Il a publié depuis le début des années 1990 de nombreux essais de synthèse et monographiques sur l'art des années 1960 à nos jours (Judson Dance Theater, Marcel Broodthaers, James Coleman, Martin Basilio Patino, Werner Nekes, Pierre Huyghe, Tacita Dean, Melik Ohanian ...). Il fut lauréat en 2015 du Prix Marcel Duchamp en tant que rapporteur de l’artiste Melik Ohanian et du Prix Découverte / Palais de Tokyo en tant que rapporteur de la jeune artiste Hayoun Kwon. En dehors du rapport aux œuvres, l’hypothèse  d’un cinéma d’exposition ouvre à une théorie de l’exposition en tant que forme autonome. Depuis 2003-2005, cette réflexion s’est cristallisée autour d’une généalogie de ce qu’il nomme les “dispositifs d’images”. Sous ce terme générique, il cherche  à thématiser un vaste ensemble d'objets appartenant à des champs disciplinaires allant du design à l'architecture, en passant par l'art et l'histoire de l'art. Il travaille en ce moment sur les contextes du Constructivisme, du Werkbund et du Bauhaus sous la République de Weimar, où, pour la première fois, l’exposition comme média autonome a trouvé une véritable consistance. Il a récemment publié : “Le cerveau-machine : les dispositifs d’images et le paradigme de l’ordinateur”, in Expositions et médias, Photographie, cinéma, télévision, (dir. Olivier Lugon), Lausanne, L’Âge d’homme, 2012 ; (avec Elke Mittmann) “Vers une généalogie des dispositifs d’images. Les ‘Demonstrationsraüme’ et le paradigme de l’usine” in Art & Architecture : Collection du FRAC Centre (sous la dir. de Marie-Ange Brayer), éd. HYX, Orléans, septembre 2013. Il fut, en 2005, le concepteur et l'éditeur avec l'artiste Melik Ohanian, du livre Cosmograms, éd. Sternberg Press, New-York / Berlin et commissaire de la Biennale Argos de Bruxelles, Multipistes. Il fut récemment l'auteur de : Michel François Photographe, éd. RueVisconti, Paris 2011 ; Combey Pion, La vision ne regarde personne, Orléans, Éditions HYX, 2015 et de PHASMA. Les objets blancs de Patrik Pion et Paule Combey, éd. Tarabuste, St Benoît du Sault, 2016.


Revues liées à cet auteur :

n° 30 – 2016/2017. Dossiers : «Arts plastiques/cinéma» et «Mikhaïl Bakhtine et les arts»

Recherche par auteur
Q
U
X
Y
0-9
Rechercher une publication

Catalogue des éditions