Auteurs
Titres
 
 
 
Trois collections, une revue...
« retour

Jad Hatem

Semer le Messie selon Fondane poète

 
Collection Fiction

Paru en : janvier 2004
Format : 150 x 190 mm
Pages : 124 pages
ISBN :  2-930174-32-3


Auteur(s) : Jad Hatem

L'auteur, professeur de philosophie et de littérature à l'Université Saint-Joseph à Beyrouth, a publié de nombreux ouvrages dans le domaine de la poétique (L'Etre et l'extase, Paris, éditions Cariscript, 1994; Mal d'amour et joie de la poésie chez Majnoun Layla et Jacques Jasmin, éd. Quesseveur, Agen, 2000) et de la mystique comparée (Introduction à la lecture de Çankara, éd. Geuthner, Paris, 1999; Hindiyyé d'Alep : mystique de la chair et jalousie divine, éd. L'Harmattan, Paris, 2001; Suhrawardî et Gibran, prophètes de la Terre astrale, éd. Al-Bouraq, Beyrouth, 2003). Il a déjà consacré des études à Fondane dans son ouvrage Soleil de nuit (éd.  IDLivre, Paris, 2002).

Cet essai est consacré à l'étude des poèmes ultimes de Benjamin Fondane, poète français d'origine roumaine, assassiné à Birkenau en 1944. Longtemps astreint à une poésie qui met en tension l'enracinement terrestre et l'errance du Juif errant, Fondane découvre enfin que la poésie comporte obligation pour le poète de se charger de l'être en temps de détresse. A la question de Hölderlin, il répond qu'obligation est faite au poète de sécréter la dose d'affirmation dont l'humanité a besoin pour vivre. Ce n'est pas d'entretenir l'espérance qui importe au premier chef. Le poète observe qu'en lui se déclare la vocation messianique elle-même. Il a beau la fuir, elle ne laisse pas de faire le siège de la citadelle du Moi. Et dès lors qu'elle a investi la place, elle lui intime de répandre partout les germes de bonté quand Dieu s'est retiré du monde. A ces extraordinaires et énigmatiques poèmes pouvoir est donné de susciter le sens au sein même de la débâcle de la raison.

Recherche par auteur
Q
U
X
Y
0-9
Rechercher une publication

Catalogue des éditions