Auteurs
Titres
 
 
 
Trois collections, une revue...
« retour

Lucien Massaert, Chakè Matossian, Jackie Pigeaud, Luc Richir

Art, anatomie, trois siècles d’évolution des représentations du corps

 
Diffusés par nos éditions

Ouvrage collectif édité sous la direction de Chakè Matossian

Paru en :
avril 2007
Format : 176 x 230 mm
Pages : 192 pages
ISBN :  2-930174-36-5
84 ill. en couleur et 7 ill. en n./b.

Les Presses de l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles ont publié un ouvrage, richement illustré, intitulé Art, anatomie, trois siècles d’évolution des représentations du corpsà l’occasion de l’exposition portant le même titre qui s’est tenue dans les locaux de l’Académie du 20 avril au 16 mai 2007. L’ouvrage et l’exposition sont le fruit d’une collaboration entre l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, le Laboratoire d’anatomie et la Bibliothèque de la Faculté de Médecine de l’Université Libre de Bruxelles.

Toute réflexion sur l’art et l’anatomie prend nécessairement son point de départ chez Vésale qui, avec sa célèbre Fabrique du corps humain, a bouleversé la représentation de l’homme en lui tendant le miroir de sa fabrication. Vésale montre le faire, par un éloge de la main que rendent visible les paysages, postures, statuaires présents dans les dessins et gravures. Ainsi, le livre lui-même se transforme-t-il en objet d’art, en fabrique. Vésale traduit la vie plastiquement, il introduit l’esthétique dans l’anatomie, il pose aussi la conscience de soi dans la représentation et renforce la prédominance de la vision, il donne à penser la profondeur du corps mais aussi ses effets de surfaces et ramifications. Les essais réunis ici partent de ce point inaugural.

Jackie Pigeaud examine l’impact de l’exigence esthétique vésalienne et ses répercussions dans l’histoire de la représentation anatomique, particulièrement à l’époque baroque. Lucien Massaert propose une réflexion sur la représentation du corps comme ramification et non plus comme volume et profondeur. Dénonçant la prédominance de la vision, Luc Richir nous montre comment elle a pu finir par entraîner un Merleau-Ponty à faire perdre toute “corporéité tangible” à la “chair du monde”. André Ruelle pose quant à lui la question du rapport entre l’humanité et le corps dans un parcours pictural où se donne à voir le corps handicapé. Le corps étrange sera aussi celui de la femme, de l’hystérique dont la représentation, indissociable d’une scénographie, reste inséparable des agencements de pouvoir comme le démontre Nicole Edelman. L’on sait, depuis les travaux fondamentaux de Michel Foucault, combien sont forts et serrés les rapports qu’entretiennent médecine et pouvoir. Si la guillotine demeure à cet égard l’un des exemples privilégié, l’analyse que Dominic-Alain Boariu fait de la décollation permet de la considérer comme un épisode d’une esthétique du crime. Le geste anatomique hante assurément la philosophie dont la question centrale reste celle de la vie, ainsi que le montre Chakè Matossian.

Ce volume contient également deux études de documentations, d’une part, le parcours chronologique détaillé dans lequel Georges Mayer relate les épisodes de l’enseignement de l’anatomie à Bruxelles où se tissent les liens entre l’U.L.B et l’Académie; d’autre part, le tracé que réalise Bérengère Schiets de la constitution du fonds ancien et précieux de la bibliothèque centrale de Médecine de l’Université Libre de Bruxelles d’où proviennent la plupart des illustrations de ce volume, révélant, tout en l’interrogeant, l’union étrangement familière entre les arts et le grand Art. Il revenait à Michel Baudson, Directeur de l’Académie, d’introduire l’ouvrage en se penchant sur les relations institutionnelles et représentationnelles entre enseignement artistique et médecine.

Chakè Matossian : Avant-propos
Michel Baudson : Introduction

Entrailles

Bérengère Schietse : Le fonds ancien et précieux de la Bibliothèque Centrale de Médecine de l'Université Libre de Bruxelles
Jackie Pigeaud : Notes sur l'évolution de l'anatomie artistique
Lucien Massaert : Un corps de peinture
André Ruelle : L’art et l’infirmité
Chakè Matossian : Philosophie et autopsie : un imaginaire anatomique
Dominic Alain Boariu : Décapitations : du voir au toucher
Luc Richir : La chair et l’élision du corps
Nicole Edelman : Naissance d’un imaginaire hystérique
Georges Mayer : Les cours d’anatomie à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles

Recherche par auteur
Q
U
X
Y
0-9
Rechercher une publication

Catalogue des éditions